Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  
 Prénom  Mathieu  Nom  
 Age  30  Minimessages  Envoyer un message
 But du voyage  Tourisme  Durée du séjour  ...
 Date de départ  18/11/2008   Note: 4,9/5 - 9 vote(s).
 Description : Voyage, voyage...

[ Diaporama ]

[ Diaporama Flash ]

[ Vidéos ]

[ Suivre ce carnet ]

[ Derniers commentaires ]

[ Le trajet de Mathieu ]

[ Mes liens favoris ]

 Localisation : Australie
 Date du message : 10/01/2009
 Diaporama des photos de ce message
Page précédente Page suivante Retour liste messages Imprimer
 Flash spécial

Bonjour.

J'espère que vous allez tous bien.

Moi ça va à peu près.


Sans plus attendre, j'interromps cette brève :

ON A TROUVE DU TRAVAIL !

Quoi : Ramasser des abricot.

Quand : Démarrage lundi matin à 7h.

Combien on va gagner : On sait pas.

Pendant combien de temps : Une semaine ou deux.

Plage horaire : Au téléphone, j'ai compris de 7h à 12h30. Ça ne fait pas beaucoup pour gagner de l'argent...

Donc, c'est plutôt pas mal.

Fin du flash.


Revenons sur la journée d'aujourd'hui.

J'ai commencé par prendre une douche (Hé... ne riez pas ! C'est pas facile d'en prendre une tous les jours quand on habite dans un van pas vraiment équipé pour...). J'ai donc fraudé le camping du coin. Bon, maintenant, je fais cela sans remord. Hier, j'ai discuté avec le caretaker qui m'a dis que payer sa douche 2 ou 4 $ (C'est les prix qu'on a trouvé dans la région...), c'était du vol...

Puis on est allé faire des courses. Comme s'était tôt le matin, on est tombé sur pas mal de réduction. Et pour 10 $, je me suis fais un steak de boeuf de 500gr au barbecue avec une petite salade de pâte ! Enorme. J'ai super bien mangé.

Au passage, je pense avoir perdu mon poivre. (Ici, je pense tout le temps avoir perdu quelque chose.) Je le retrouverai coincé dans le par-buffle. On a peut être roulé comme cela 5 km sans le perdre ! (J'avais du le laisser là hier en rangeant mes affaires.) Il tenait à peine.

Après le repas, on se lance dans un marché fermiers pour essayer d'aborder les paysans et leur demander du boulot. Mais la motivation est plus vraiment là. On repartira sans avoir rien tenté.

On enchaîne sur la suite. Comme on avait vraiment rien de prévu aujourd'hui (Agences fermés, plus de coup de fil à passer...), j'ai proposé un NP. Cela faisait longtemps ! Il y en avait un juste à coté de Berri, la ville où l'on « zone » : Le Murray River NP.

Tout l'après midi, on a crapahuté dans un paysage sec et poussiéreux, au milieu des kangourous. Les couleurs dominantes étaient le blanc de la terre sèche, le vert des eucalyptus et le marron-gris des arbre morts ou vivants. C'était assez impressionnant. Le pire, c'est que dans le parc, coule la Murray, l'un des plus gros fleuve d'Australie. On pourrait s'attendre à un paysage verdoyant. C'est plutôt sec et déshydraté. Il fait un soleil de plomb. Notre marche nous amènera jusqu'au « lock 4 », sorte de barrage de régulation des crus du fleuve. Il y en a plusieurs le long de son parcourt (Le fleuve démarre juste derrière Sydney.). Sur le retour, mon téléphone se remet à capter (Evidement, qui dis NP dis pas de réseau !). Je reçois un message. Il s'agissait d'un fermier que l'on avait appelé la veille (Un des contacts donnés par le contact du caretaker !). Il semble avoir du boulot à nous proposer ! Pas moyen de le rappeler sur place, pas assez de réseau. Le message date de 2 heures. Le retour serait une longue course, interrompu de « J'espère que l'on va pas rappeler trop tard ! Mais, bon sang, pourquoi on peut pas rappeler !! J'espère qu'il nous a pas déjà remplacé et qu'on aura le job... » (Avec le recul, je trouve que j'en ai fait un peu trop. Je crois que cette histoire me tiens trop à coeur... C'est pas normal...).

Du coup, on rappel dès qu'on peut et on s'accorde sur un rendez vous chez le fermier lundi matin. Bon, c'est cool. On a enfin notre travail tant cherché après une semaine d'efforts. C'est énorme. Il y en a qui y passent un mois avant de trouver...

Après toutes ces péripéties, on s'accorde une petite pause à la voiture que l'on avait laissée en plein soleil à l'entrée du parc. Le temps que l'on se change, un 4x4 débarque. Un homme nous interpelle pour nous demander si on avait besoin d'aide ! Il habite une maison sur la colline d'en face. Voyant un véhicule garé à en vrac, il s'était dis que ces propriétaires étaient en panne. Super cool, on discute un peu avec lui. Ici, les gens s'entraident vraiment beaucoup. Il voulait s'assurer que tout allait bien. La discussion portera sur le national park et le travail en fruit picking. Il est vigneron mais n'a malheureusement rien à nous proposer car il utilise principalement la machine. L'année dernière il a dus acheter pour 30 000 $ d'eau pour irriguer ces vignes (15 000 ¤). Il ne semblait pas trop optimiste sur l'avenir du vin et de la culture en générale ici (Un peu comme nous en France pour d'autres raisons), pas assez d'eau. On est un peu désolé de l'avoir fait se déplacer pour rien, mais il repartira en rigolant !

On rentrera au camping pour manger un bout et se remettre de notre journée. On va tenté de prendre une douche via un sac de douche solaire. Mais on a pas de tente prévue pour... Tant pis, tout le monde nous verra...

Mais je ne sais pas pourquoi, j'arrive pas à être vraiment heureux. Pourtant on y est arrivé. Je pense que c'est parce qu'il reste pas mal de doutes. Si j'ai bien compris au téléphone, on ne va travailler que 5 heures par jour. Ce n'est pas beaucoup. Faut-il des vêtements pour ce job ? J'ai rien. Vais-je seulement y arriver ? Cela serait une énorme remise en question de me faire virer... Et si c'est dur, comment je vais récupérer ? Je dors vraiment mal dans ce van... (... ok, j'arrête de faire mon Balandras :-) !)

Ah... si j'avais mon véhicule, je pourrai l'arranger comme je veux.

J'ai pas de nouvel de celui que j'avais repéré d'ailleurs.

J'essaie d'appeler en live (Peut être que c'est ma journée de chance !)

...

Ayé, me revoilà. J'en reviens pas, je viens d'avoir le van. Pour 6 500 $ ! Bon, c'est 500 $ de plus que ce que je pensais mettre, mais je pense que je ne me fais pas avoir. C'est cool ! A vrai dire, après que je lui ai proposé 6 000 $ et qu'elle m'ai répondu qu'à 6 500 $, je l'avais, je n'ai pas trop hésité. De toute façon, je pensais garder ce chiffre pour ma dernière offre.

Avec les vans, c'est toujours une partie de poker. On en trouve un. On s'imagine plein de choses (Celui là correspond quand même bien à ce que je cherchais...). Et on enchéris. Mais il faut pas se faire avoir. De toutes manières, il y aura forcément des problèmes mécaniques.

Bon, là, un diesel à 230 000 km, année 1991, je peux passer à travers, encore que.... On verra bien.

Je pense y rajouter un peu d'équipement (Pour 1 000 $ au max) et il devrait être nickel. Croisons les doigts !

Pierre et Julien, vous savez tout ! On est équipé maintenant. Si vous rêver d'aller au fin fond des NP, on peut le faire !


Du coup, j'ai beaucoup discuté avec Alice au passage (La propriétaire actuelle du van). Elle m'a pas mal rassuré au niveau du travail. C'est bien que l'on commence comme cela. Pour un premier boulot, on devrait pouvoir acquérir de l'expérience sans être trop sous pression. Il y a pas mal de chance que l'on tombe dans une exploitation familiale. Ok, on ne travaillera peut être que cinq heures, mais cela peut nous laisser le temps de faire un autre boulot à coté.

Pour les vêtements, un tour à l'armée du salut devrait faire l'affaire. Il ne faut rien qui craigne.

Je suis un peu rassuré. Je devrais m'en sortir pour 4 ou 5 $.

Mon coté pessimiste est pourtant pas loin. La nourriture achetée ce matin pour la semaine peut tourner dans la nuit, on peut se faire virer au bout d'une heure de travail parce que l'on est trop mauvais, le coup de soleil pris lors de la marche dans le parc peut se transformer en cancer de la peau et je peux faire 100 bornes avec le van avant d'être obligé de changer le moteur...

Ouais... je crois quand même que j'en fais un peut trop ! Dans tous les cas, j'aurai pas grand chose à me reprocher. J'aurai vraiment essayé de faire mon maximum.

Ce soir, je test la douche solaire de Sébastien. C'est pas mal. Il manque juste une tente et un tapis pour que l'on se croit dans une vraie !

L'expérience est vraiment concluante.

Aller.

+++



Etapes :
Berri
Note: 5/5 - 1 vote(s).
Syndication :

Précédent - Suivant - Retour à la liste des messages

Laisser un commentaire

Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty