Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  
 Prénom  Mathieu  Nom  
 Age  30  Minimessages  Envoyer un message
 But du voyage  Tourisme  Durée du séjour  ...
 Date de départ  18/11/2008   Note: 4,9/5 - 9 vote(s).
 Description : Voyage, voyage...

[ Diaporama ]

[ Diaporama Flash ]

[ Vidéos ]

[ Suivre ce carnet ]

[ Derniers commentaires ]

[ Le trajet de Mathieu ]

[ Mes liens favoris ]

 Localisation : Australie
 Date du message : 22/05/2009
 Diaporama des photos de ce message
Page précédente Page suivante Retour liste messages Imprimer
 Uluru et Kata Tjuta 1

Ça y est, je viens de découvrir deux des plus grandes attractions d'Australie : Uluru et Kata Tjuta.

Je vous avais laissé la dernière fois après un coucher de soleil aux couleurs extraordinaires sur le premier. Depuis, j'ai bien eu l'occasion d'approcher et d'appréhender ces étranges formations !

Tout, d'abord, j'annonce tout de suite :

  • Je ne suis pas monté sur Uluru !

  • Je n'ai pas emporté ni de cailloux, ni de sable, ni rien de là-bas avec moi...

Ces choses étant mises au point, voici les impressions !

Le lendemain donc, debout à 6 heure du matin pour un nouveau spectacle multicolore sur Ayers Rock version levé de soleil. C'était aussi intéressant au niveau couleur, mais un peu moins fort quand même. Il faut dire que le site n'est pas aussi bien fait que pour le couché de soleil. La vue était un peu masquée par les arbres du bush et on n'était pas vraiment face à la partie du rocher exposée au rayons. L'effet de nouveauté s'est aussi peut être un peu estompé.

Sur place, j'ai rencontré un couple de français, Julien et Camille, aussi en WHV. On a bien discuté pendant que le soleil prenait son temps pour apparaître. Il se trouve qu'il ont le même circuit que moi pour visiter le centre de l'Australie. On va donc sûrement faire un bout de chemin ensemble.

On a enchaîné par la visite du centre culturel, un bâtiment situé sur la route d'accès à Uluru. C'était pas mal. Il y avait quelques explications sur l'histoire des aborigènes gérant le parc conjointement avec un organisme australien. Mais c'est un peu obscur. Au début, les colons ont tous pris, et ouvert le site à tout venant. Puis, suite à un long processus de demande de réappropriation des terres, les aborigènes ont récupéré leur territoire. Cependant, l'organisme de gestion du parc garde une main mise dessus et laisse le site accessible au tourisme.

Les aborigènes parlent très peu de la signification spirituel de ces lieux aux étrangers. Ce qui génère un sentiment de frustration. On sait que l'on n'a pas le droit de faire certaines choses, que certaines parties du parc sont inaccessibles, mais on ne sait pas pourquoi...

Il y a toujours un flou au niveau des explications. C'est vraiment dommage car cela n'aide pas à comprendre le pourquoi. Mais les aborigènes disent qu'ils n''ont pas le droit de transmettre leur savoir aux personnes non initiés... Tant pis.

On n'avait pas non plus le droit de prendre des photos dans le centre. Donc ça, c'est réglé.

Il y avais quand même quelques moments intéressants. La lecture du livre des regrets est assez drôle. Il s'agit d'un recueil de lettre envoyées par les gens qui ont pris un caillou ou du sable du site, puis qui le retourne par la suite sous le coup de la culpabilité. Certains évoque même le mauvais esprit.

On n'a pas le droit de partir avec un morceau du parc. La loi australienne considère cela comme du vol. Et c'est sacrilège pour les aborigènes.

Après le centre culturel, direction le rocher !

Ça y est, je suis à coté. Et il est vraiment impressionnant ! Il est tout rouge et lisse. Il émerge de la terre, comme ferait un iceberg de la mer !

On a opté pour la marche faisant le tour du rocher. Malgré les demandes des aborigènes de ne pas monté, les touristes débarquent par dizaine pour faire l'ascension.

On ne sait pas pourquoi il ne faut pas monter. Les aborigènes en font juste la demande... Mais cela me suffit de savoir qu'il y a un caractère sacré derrière tout cela. Je trouve donc les gens vraiment irrespectueux... Ils s'en foutent grave. On sait quand même que ce rocher est en relation avec des cérémonies funèbres. Donc quand les gens montent, c'est comme s'ils marchaient sur la tombe de quelqu'un. Bref..

Bon, on a quand même fait le tour. On peut le toucher par endroit. D'autres sont interdits de photos et d'approche.

Après ce moment vraiment intense, retour au camping pour recharger les piles, puis direction le deuxième site du parc : Kata Tjuta, où les Monts Olgas.

Ce groupe d'immenses rochers ronds est aussi très impressionnant. Comme il est tard, on n'y verra que le coucher de soleil. La visite sera pour demain. Les couleurs sont aussi magnifiques, mais pas aussi jolies que le coucher de soleil sur Uluru. Et puis là encore, le site n'est pas vraiment mis en valeur.

Finalement, après toutes ces émotions retour au camping. Demain, je me lève tôt pour voir le levé de soleil sur Kata Tjuta.

Et cette fois, après un premier essai exceptionnel et les deux sessions suivantes qui ne me laisseront pas un aussi bon souvenir, cela valait vraiment le coup. Une plate forme a été construite pour admirer le soleil se levant sur la plaine et inondant de lumière la formation montagneuse. C'était vraiment chouette.

Sur place, je retrouve des australiens que j'avais déjà vu la veille. Ils m'offriront le thé. On discutera un petit moment. Ils me diront qu'ils sont montés sur Uluru il y a deux jours et que c'est autorisé. Mais je ne suis pas vraiment convaincu et bien content de mon choix. Ils argumenteront par le fait que les aborigènes n'expliquent pas et que c'est louche. C'est vrai que cela est dommage pour eux car la communication est souvent très importante et améliore les choses.

De toute façon, l'ascension est très dangereuse et il y a des morts tous les ans...

En ce qui concerne Kata Tjuta, il est complètement interdit de monter.

Il y a pas contre des marches vraiment intéressantes. Cet endroit regroupe plusieurs petites montagnes. C'est aussi des monolithes d'un seul tenant qui émergent du sol. Mais, comme il y en a plusieurs, cela fait des vallées entre eux. La marche serpente entre ces dômes. C'est vraiment impressionnant, un vent forme un courant d'air frais par moment. Le rouge est toujours omniprésent. Les hautes falaises nous surplombent, nous faisant vraiment sentir petit. Il y règne un silence calme et reposant...

Après quelques heures, voilà le site visité.

J'aurai bien marché dans ce national parc. Il faut dire que ces sites font partis des incontournables de l'Australie. Je suis vraiment content de les avoir visités.

L'après midi d'aujourd'hui consistera en de la route pour rejoindre le troisième lieux important du centre de l'Australie : Kings Canyons. La visite est prévue demain.

+++


PS : Comme, vous l'aurez compris, on n'est pas très bien renseigné sur les significations spirituelles du site. Je me suis donc inventé ma propre histoire ! La voici :

L'ensemble est en fait une immense machine qui permet d'ouvrir une porte vers un autre endroit/planète/dimension.

Uluru est le générateur d'énergie (En été, il peut facilement faire plus de 45 degré à l'ombre et plus de 50 degré sur le sol ! Le site peut même être fermé à cause de la température et de la concentration de la chaleur près des parois...). Monté au sommet est fortement déconseillé. C'est normal, vous verriez le gouvernement français content que l'on monte sur les centrales nucléaires ?

Kata Tjuta est la porte, qui lorsqu'elle est activée permet d'ouvrir un passage. Le seuil doit être sur le dessus car l'accès y est interdit.

Les aborigènes sont les gardiens/opérateurs de cette porte. Ils en contrôlent l'accès et ne veulent pas divulguer leur connaissance au fausses personnes (Il disent « wrong people » en anglais).

Evidement, il doit y avoir derrière tout cela une autre civilisation, dite vraie, qui a du utiliser tout cela il y a longtemps et est depuis partie.

A propos, le site entier peut aussi être fermé à la demande des aborigènes lors de leur cérémonies religieuses. Peut être des opérations de maintenance ?!

Dans le centre culturel, il y a une photo de Kata Tjueta, où l'on voit, au milieu d'un ciel bleu, un nuage en forme d'étoile juste au sommet du plus haut dôme, avec une traînée nuageuse qui part du sommet pour sortir hors du cadre... Une utilisation ?

Voilà mon histoire ! Evidement, c'est juste pour rigoler. Quoique, cela ferait peut être un bon sujet de roman de science fiction !



Etapes :
Ayers Rock
Note: 0/5 - 0 vote(s).
Syndication :

Précédent - Suivant - Retour à la liste des messages

Par Fabien JACQUET

le 08/07/2009 à 23:24:17

Salut Mathieu !!

Désolé pour ton histoire, mais le sujet a déjà été traité de nombreuses fois, notamment dans Stargate SG-1 sur M6 avec Richard Dean Anderson ( LE Mac Gyver) ou bien le 5° élèment !!

A +



Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty